home  En actes  Questions de genre. Cinéma, télévision, arts plastiques
Genre et ethnicité régionale dans les fictions filmées françaises récentes : l’exemple de la Corse

Comment et pourquoi étudier l’ethnicité régionale dans les fictions de cinéma et de télévision en France ? A propos et à partir de l’exemple de la Corse, cet article propose quelques jalons pour construire un objet à l’intersection des théories du genre, de la sexualité, de l’ethnicité et du film. Une brève analyse du film Un prophète (Fr., Jacques Audiard, 2009) illustre ce projet.

 Pascal Génot

Genre et ethnicité régionale dans les fictions filmées françaises récentes : l’exemple de la Corse


Par Pascal Génot
(Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication - Université de Corse, UMR CNRS 6240)

Introduction. Le « genre » de l’image filmée des Corses : esquisse d’un projet de recherche


Au cours d’une thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication portant sur la patrimonialisation du cinéma et les identités collectives à propos et à partir du terrain corse [Génot 2010], il est apparu, non pas que les représentations filmiques du territoire et du groupe ont une dimension de « genre » - c’est là une évidence, quoiqu’elle ne se perçoit bien qu’au jour d’un regard sensibilisé -, mais que l’on gagnerait à construire l’image filmée des Corses en objet d’analyse à l’intersection des théories du genre, de la sexualité, de l’ethnicité et du film.
Pour la théorie féministe et les études sur le genre et sur les sexualités, à travers des concepts tels que « l’intersectionnalité », la « consubstantialité » et « coextensivité », ou la « co-formation », des rapports sociaux - concepts ne s’équivalant pas même si leur problématique est commune [Dorlin (dir.) 2009] -, la démarche « de ne pas analyser les rapports de genre indépendamment des autres rapports de pouvoir  » [Bereni et al. 2008, 6] est aujourd’hui manifeste. L’ethnicité, concept rebâti dans un sens constructiviste et interactionniste, sert de même des travaux scientifiques qui « nous invitent à repérer et à étudier l’articulation des rapports ethniques avec les rapports de classe et de genre  » et insistent sur «  le potentiel heuristique du concept en mettant en évidence son caractère transversal, soit l’idée que ces rapports ethniques, tout culturels qu’ils nous apparaissent, sont aussi, intrinsèquement, économiques et politiques  » [Bertheleu 2007, 2]. La transversalité du genre et de l’ethnicité, leur imbrication et leurs implications font ainsi qu’il n’y a pas tant, en la matière, une relation à deux seuls termes, et moins encore deux objets isolés, que deux fils conceptuels du « nœud » des rapports sociaux.
Sur le terrain corse, comme par ailleurs et plus généralement pour l’étude des représentations filmiques en France, le chantier est, non seulement vaste, mais à peine ouvert. D’un côté, en l’absence frappante de publications sociologiques sur la Corse, on ne sait pas grand chose de l’intrication des rapports de genre et ethniques dans cette région insulaire qualifiée fréquemment de société ; des travaux commencent néanmoins à livrer leurs résultats [Peretti-Ndiaye 2008 et 2012]. De l’autre, dans le champ français des recherches en cinéma-audiovisuel, si les ouvrages relevant d’une approche gender sont peu nombreux, il n’y a pas leur équivalent concernant l’ethnicité : les rares textes sont consacrés aux minorités dites « post-coloniales » (entendre « issues des immigrations depuis les ex-colonies », ce qui tend à réduire la dimension post-coloniale à ces groupes plutôt que d’y voir un environnement global de l’ethnicité contemporaine), soit sans articulation au genre [Hargreaves 2003], soit dans une perspective queer « race-classe-genres et sexualités » afin d’étudier, par exemple, le film pornographique gay ou des films d’auteur réalisés par des cinéastes gays [Cervulle et Rees-Roberts 2010] ou, encore, la figure de la mère dans le cinéma « de banlieue » [Johnston 2008]. Pour la télévision, la scène humoristique française contemporaine a également été étudiée dans une logique « intersectionnelle » [Quemener 2009 et 2011]. Les représentations de l’ethnicité en France commencent donc à être questionnées dans le sens des cultural studies : « l’étude des rapports de pouvoir dans la culture  » [Couldry 2000 cité in Macé 2006, 23]. Notre projet d’analyse de la « corsité » dans les fictions filmées rejoint cette progression d’études culturelles et de genre dans le champ français de la recherche en cinéma-audiovisuel. Il s’agit d’y contribuer par la prise en compte du fait régional, jusqu’alors approché par les histoires locales et régionales du cinéma [Meusy 2008] ou sous l’angle du développement de l’audiovisuel local et régional en Information-Communication [Pineau 2000].
Ce projet est présenté ci-après en trois temps : 1) on posera des bases théoriques relatives à la notion d’ethnicité régionale, l’approche gender et l’analyse des films ; 2) on présentera le corpus filmique constitué ; 3) une brève analyse du film Un prophète (Fr., Jacques Audiard, 2009) permettra d’éprouver la démarche.


Du même auteur : 
 L’archive déchirée du sujet. A propos de Aus der ferne de Mathias Müller
 Here She Comes ! Tactiques de genres : Judith Butler à la rescousse
 10. Filmer en minoritaire, l’émergence d’une création cinématographique en Corse
 1. Edito n°3
 1. Edito numéro 4
 5. One Night Stand d’Emilie Jouvet, film hybride pour le plaisir des genres
 Publication LIGNES DE FUITE # 4
 Questions de genre. Cinéma, télévision, arts plastiques

L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr