home  En actes  Questions de genre. Cinéma, télévision, arts plastiques
Implications d’une approche gender : repenser les corpus, prendre en compte la réception
 Geneviève Sellier

indications bibliographiques

Adorno Theodor W., « L’industrie culturelle », Communications n°3, 1964, pp. 12-18
Burch Noël & Geneviève Sellier, « Masculinité et cinéphilie », Iris n°26, 1997, pp. 191-206
Chirat Raymond, Catalogue des films français 1940-1950, éditions de la Cinémathèque de Luxembourg, 1981
Baecque Antoine de, La cinéphilie. Invention d’un regard, histoire d’une culture. 1944-1968, Paris, Fayard, 2003.
De Lauretis Teresa, « Culture populaire, fantasmes publics et privés : féminité et fétichisme dans M. Butterfly de David Cronenberg », in Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, traduction de Marie-Hélène Bourcier, préface de Pascale Molinier, Paris, La Dispute, coll. Le genre du monde, 2007.
Gauthier Christophe, La passion du cinéma. Cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, AFRHC, 1999.
Marie Laurent, Le cinéma est à nous. Le Parti communiste français et le cinéma, de la Libération à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2005
Montebello Fabrice, « Spectacle cinématographique et classe ouvrière : Longwy 1944-1960 », Doctorat d’histoire, Université Lyon 2, 1997
Sellier Geneviève, « Le courrier des lecteurs de Cinémonde dans les années 1950 : la naissance d’une cinéphilie au féminin », in Burch N. & G. Sellier, Le cinéma au prisme des rapports de sexe, Paris, Vrin, pp. 67-90.
Simsi Simon, Ciné-Passions. 7e art et industrie de 1945 à 2000, éditions Dixit, 2000.

Notes

[1] Louis Delluc en particulier. Voir Noël Burch et Geneviève Sellier, « Masculinité et cinéphilie », Iris n°26, 1997. Voir aussi Christophe Gauthier, La passion du cinéma. Cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, AFRHC, 1999.
[2] Voir Antoine de Baecque, La cinéphilie. Invention d’un regard, histoire d’une culture. 1944-1968, Paris, Fayard, 2003.
[3] Teresa de Lauretis, « Culture populaire, fantasmes publics et privés : féminité et fétichisme dans M. Butterfly de David Cronenberg », in Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, traduction de Marie-Hélène Bourcier, préface de Pascale Molinier, Paris, La Dispute, coll. Le genre du monde, 2007.
[4] Voir Simon Simsi, Ciné-Passions. 7e art et industrie de 1945 à 2000, éditions Dixit, 2000.
[5] Le film de Delannoy, sorti en décembre 1942, met en scène un colonel d’Empire sous la Restauration, dont les spectateurs de l’époque ont témoigné qu’il l’avait perçu comme une figure de résistance.
[6] Special Air Service, créé en 1941 par les Britanniques, pour faire des actions de commando derrière les lignes allemandes ; la brigade comprendra deux régiments de Français libres qui participeront au débarquement. Le film en deux époques raconte d’abord l’entraînement d’un régiment de Français en Grande-Bretagne, puis leur largage en Bretagne où ils serviront d’instructeurs aux FFI lors de l’insurrection générale en août 1944.
[7] Le calcul des entrées sur ce film à deux époques (comme pour les autres qui ont le même format) est cumulatif.
[8] Présentation du personnage dans la notice du Catalogue des films français 1940-1950, de Raymond Chirat (éditions de la Cinémathèque de Luxembourg, 1981).
[9] Voir Burch N. & G. Sellier, La Drôle de guerre des sexes du cinéma français 1930-1956, Nathan 1996, réed. Armand Colin 2005.
[10] Voir l’analyse que nous faisons de ce film dans La Drôle de guerre des sexes, op. cit. p. 227-228.
[11] T.W. Adorno, « L’industrie culturelle », in Communications n°3 1964, pp. 12-18.
[12] Voir Laurent Marie, Le cinéma est à nous. Le Parti communiste français et le cinéma, de la Libération à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2005.
[13] Fabrice Montebello a fait le même constat à propos des ouvriers cinéphiles de Longwy (cf. Doctorat d’histoire non publié : « Spectacle cinématographique et classe ouvrière : Longwy 1944-1960 », Université Lyon 2, 1997).
[14] Voir Geneviève Sellier, « Le courrier des lecteurs de Cinémonde dans les années 1950 : la naissance d’une cinéphilie au féminin », in Burch N. & G. Sellier, Le cinéma au prisme des rapports de sexe, Paris, Vrin, pp. 67-90.
[15] L’Ecran français n°102 du 10/06/1947, p. 8.
[16] Ibid., p. 2.
[17] L’Ecran français n°105 du 01/07/1947, p. 2.
[18] Henri Jeanson, par ailleurs scénariste célèbre pour ses mots d’auteur, signe des articles satiriques sur le cinéma depuis les années 1920 dans divers journaux, dont Le Canard enchaîné, qu’il signe Huguette Ex-Micro en référence à la comédienne divorcée Huguette ex-Duflos.
[19] Cinémonde n° 712, 23/3/1948.
[20] L’Ecran français n°116 du 16/09/1947, p.3.
[21] Cinémonde n°705 3/2/1948, « Potinons » p. 18.
[22] Cinémonde n°693 11/11/1947, « Potinons » p. 18.
[23] Mon Film n°67 du 5/11/1947.
[24] Voici les résultats de ce référendum :
Référendum de Cinémonde (suffrages exprimés : 141 384)
Meilleur film français :
Le Diable au corps (36 013 voix)
Monsieur Vincent (22 801)
Antoine et Antoinette (10.858)
Le silence est d’or (10.374)

Meilleure actrice :
Micheline Presle : 36.919
Michèle Morgan : 20.345
Edwige Feuillère : 15.888

Meilleur acteur :
Gérard Philipe : 27.661
Pierre Fresnay : 22.915
Jean Marais : 15.162
Georges Marchal : 12.813
Louis Jouvet : 12.312

Référendum Le Film français (directeurs de salle) suffrages exprimés : 3.506
Meilleur film français :
Monsieur Vincent : 1.125
Quai des Orfèvres : 611
Le Diable au corps : 473
Le silence est d’or : 417

Meilleure actrice française
Micheline Presle : 1.589
Edwige Feuillère : 283
Michèle Morgan : 251

Meilleur acteur :
Pierre Fresnay : 2.431
Gérard Philipe : 295
Pierre Blanchar : 217
Louis Jouvet : 163
Jean Marais : 85




L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr