home  Lignes de fuites  Hors-série 3 - Novembre 2012
Les temps hyper-réels. Essai sur l’appareillage du temps

« Temps réel » est une notion post-moderne. Mise au jour par la société des médias, et les dispositifs que Virilio qualifierait d’opto-électroniques, elle ne prend toute sa force et son ampleur qu’avec l’arrivée massive des « appareils ». En s’hybridant de technologie, l’art expérimente et explore de nouvelles temporalités. L’œuvre d’art traditionnelle tressait sa relation au temps sous trois modes majeurs : l’enregistrement (portrait), la présentation (performance) et la production d’un temps singulier (récit). L’œuvre d’art technologique va venir proposer de nouvelles façons d’investir ces modes - et réinventer notre rapport au temps.

 Pascal Krajewski


L’art, bien sûr, intrique ces trois expériences du temps au cœur de ses œuvres. Toute œuvre est archive de temps-image, présentation d’un temps-durée, figuration d’un temps-récit. Elle fonctionne sur le triple mode du ça-a-été, du ça-a-cours et du ça-aurait-lieu.
Ce que nous subodorons, c’est que l’irruption de la technologie dans l’art, en produisant des œuvres appareillées, apporte à ces trois dimensions une relance particulière. L’œuvre d’art technologique sera donc aussi, recomposition du temps-tout-mémoriel, combinaison calculatoire du temps-flux, et pré-figuration d’un temps-rhizomatique et mutant.


Du même auteur : 
 1. Edito Hors-série 4. Michel Guérin : Pour-suite
 11. Lexique pour bâtir et situer une pensée : Dialogue entre François Méchain et d’anciens doctorants de Michel Guérin

L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr