home  Lignes de fuites  Hors-série 3 - Novembre 2012
Sur quelques symptômes relatifs à certaines formes de rendez-vous

Cela pourrait commencer ainsi : « Bienvenue dans le désert du réel ».

 Charlotte Serrus, Noël Ravaud

4. Anticipation

Avec l’expression "suivre en temps-réel" - un match, les cours de la bourse, les images d’un missile de croisière [4], les déplacements de ses enfants... - le temps-réel trouve son acception la plus usitée aujourd’hui et aussi toute sa puissance dialectique, si l’on veut bien rapprocher cette formule de celle, célèbre, de Jacques Lacan à propos de l’amour : « c’est vouloir donner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas ». La rencontre de deux ou plusieurs non-propriétaires et non-volontés peut tout aussi bien produire un espace-temps temporaire susceptible de s’imprimer à la surface de la conscience "en temps-réel". Etrangement, ce temps-réel que l’on jurerait être avant tout une dimension individuelle tant elle est liée au travail de la conscience, qui comme chacun sait est ce qui existe en plus du corps et de l’esprit comme le produit de leur rencontre, est devenu un slogan publicitaire qui promet des coïncidences collectives simultanées. Ce temps-réel technologique, l’immédiat médiatisé, est d’autant plus réel que les distances spatiales entre émission et réception sont grandes ou du moins inimaginables. Et en effet, que serait leur vie si deux êtres se suivaient en temps-réel tout en se côtoyant intimement ? Peut-on imaginer se comporter avec quelqu’un d’autre comme on le ferait avec un téléphone ou à travers des mails, avec Skype ? Le temps-réel est bien sûr incompréhensible si les événements ne sont pas médiatisés : c’est un temps né avec les outils de télécommunication instantanée. Les seuls temps d’avant les télécommunications s’approchant un tant soit peu du temps-réel sont ceux des conteurs et des tables tournantes - Roméo n’aurait sans doute jamais pensé suivre Juliette en temps-réel, quand par contre la paranoïa kafkaïenne est indéniablement la contemporaine du téléphone et de la radio.
S’il y a un temps-réel, on peut supposer l’existence d’un temps irréel qui serait le fruit des médias de télécommunication en instantané, et prendrait la forme du Château mental de Kafka, ou encore celle d’un enfant avec un cartable, d’un adolescent sur un skate. Car une autre application à succès des téléphones mobiles actuels est la géolocalisation en temps-réel des enfants par leurs parents ou leurs écoles. Ce qui importe ici, c’est à nouveau le hiatus entre temps et espace : l’espace est le spectre du téléphone ; ressenti comme déficient, voire pathologique, il trouverait un remède dans une dose de temps-réel. De même, l’ailleurs ou la distance qui sépare les corps est une pathologie dans un monde où tout doit être constamment visible : les caméras de surveillance répondraient soi-disant à cette angoisse. Mais, se demandera-t-on, quelle est cette distance qui nécessiterait la béquille du temps-réel ? Le cas de la surveillance en temps-réel des enfants par leurs parents dit assez bien le désir de transparence et de contrôle et aussi de quoi est fait ce désir. Il est une réponse à un déficit spatial émotif, où l’émotif est indexé de façon obsessionnelle sur le seul visuel - et dans une moindre mesure, sur l’auditif. Car le but n’est pas de savoir, mais seulement de voir (pour savoir, une bonne conversation parents-enfants est autrement plus efficace qu’un GPS, sans compter que le temps-réel n’empêche ni un enfant de briser un interdit, ni au cambrioleur de cambrioler, ni au trader de se tromper). Le temps-réel est tout simplement et essentiellement un temps d’anticipation qui permet aux pompiers d’arriver plus tôt et dans de meilleures conditions sur le lieu d’un accident. C’est pourquoi les plus grands promoteurs de la généralisation des outils du temps-réel - dans l’espace public ou privé - sont les assurances. Existe-t-il des assurances vie intégrant les cas de mort par overdose de temps-réel ? Si oui, gageons qu’ils seront l’une des causes de mort non couvertes par l’assurance.

5. Acteurs, policiers

Plusieurs temporalités se télescopent à travers This variation de Tino Sehgal. L’une de ces rencontres est particulièrement détonante puisqu’elle implique deux activités que l’on ne rapprocherait a priori pas : celle de l’acteur et celle de la police. Au cours de cette performance, reprise chaque jour pendant la durée de la Documenta XIII, l’un des acteurs devra stopper son action pour aller interdire au spectateur qui vient de sortir son téléphone portable de prendre la moindre photographie : Tino Sehgal interdit toute image de son œuvre [5], qui est principalement de l’ordre de la performance. Cette censure a bien une action sur le retentissement médiatique de l’œuvre et de l’artiste dans le milieu de l’art et plus largement certainement, mais elle agit aussi sur la nature et la forme de l’œuvre elle-même, quand l’un des membres se désolidarise au profit d’une activité autre puis reprend sa place dans le corps collectif du spectacle. Le corps de ballet formé par les acteurs-chanteurs devient un dispositif de surveillance à plusieurs têtes, balayant l’espace de manière à n’y laisser surgir aucun angle mort - l’interdiction de capturer des images de l’action en cours étant paradoxalement la garantie d’une expérience pleine et entière, si l’on veut bien se figurer que photographier, c’est s’absenter un temps de sa propre expérience.

6. Et pendant ce temps-là sur Internet...

Sampling 1

Avertissement :

En cliquant ci-dessous sur “J’accepte”, et en sélectionnant cette liste, vous confirmez en être résident. Le Groupe ne prend aucune responsabilité quelle qu’elle soit concernant la distribution de l’information et les documents mis à la disposition des utilisateurs, personnes physiques ou morales qui auraient, de mauvaise foi, certifié être résidentes d’elles-mêmes alors que ce n’est pas le cas. En cliquant ci-dessous sur “J’accepte” et en accédant de ce fait aux informations et documents disponibles sur le site, vous acceptez les conditions générales d’utilisation qui figurent dans l’avis de non-responsabilité ci-joint. Compte-tenu de la législation en vigueur, les résidents en retard ne peuvent accéder au contenu de ces pages. Les documents et produits qui y sont décrits ne sont offerts ni destinés aux résidents retardataires, et leur accès est interdit à ces derniers.

Sampling 2

Née en 1946, RÉEL est une entreprise industrielle indépendante. Son histoire est intimement liée à celle du temps, dont elle a accompagné le développement et qui a forgé sa culture d’entreprise. Fidèle à son métier d’origine, le conditionnement individuel et public et le transport des données, le Groupe a poursuivi une stratégie de développement qui correspond à l’évolution du marché. Ainsi, il s’attache dans chaque secteur à proposer une gamme complète de services, depuis la conception jusqu’à la mise en service et à la maintenance. Le département Assurance propose les premiers systèmes d’organes en réalité augmentée.

Sampling 3

Planificateur de voyage en ligne : planifiez votre voyage de porte à porte avec des informations de voyage en temps réel. Les retards attendus et les trains supprimés sont traités dans votre demande. Nous proposons un itinéraire alternatif en cas de retards importants ou de correspondances non assurées. Pour plus de visibilité, vos opérations effectuées avec l’option Différé Plus seront récapitulées sur un relevé de comptes spécifique. Si vous séjournez à votre point de destination pendant plus de quelques jours, essayez de convaincre votre corps de rester éveillé et actif durant les heures de clarté et respectez le plus vite possible les rythmes de repas du nouveau fuseau horaire.

Sampling 4

Je pratique au moins une fois par semaine une activité personnelle qui me procure beaucoup de détente.

OUI NON

Sampling 5

Habiter son corps est problématique pour l’homme.
L’atteinte cutanée du Vitiligo a ceci de particulier qu’elle est livrée au regard d’autrui sans que celui qui en souffre puisse s’y soustraire. Cette dermatose affichante, répandue mais peu connue, n’engendre pas de souffrance physique et crée paradoxalement un mal-être psychologique d’autant plus grand « qu’il n’y a pas lieu de se plaindre » [6].

Sampling 7

Service dédié aux professionnels

J’ai des démangeaisons la nuit, tellement c’est fort que je me réveille, mais cela ne m’empêche pas d’arrêter, au contraire, je continue cherchant dans des petits coins de l’anus, et avec l’ongle je sens des petits boutons vers l’intérieur, c’est quand je m’essuie que les démangeaisons commencent, ça me donne envie d’arracher la peau de l’anus, svp si quelqu’un a les mêmes problèmes que moi ?

-  Un être réel.
-  Ce que je vous dis est réel.
-  Un paiement réel.
-  Ce ne sont pas des chimères, ce sont des choses réelles.
-  Je ne vois rien de réel dans les offres que vous me faites.
-  On a peint dans ce roman un personnage très réel.
-  L’aventure est réelle.


Du même auteur : 
 1. Edito
 6. Effets de flou en régions humoristiques : quelques pistes dignes d’alcool
 1. Edito




L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr