home  Lignes de fuites  Hors-série 3 - Novembre 2012
Esquisse Charitable
 Emido Llars

Esquisse Charitable

_1997 : un comité international a confirmé que la seconde se basait sur 9 192 631 770 périodes de radiation, correspondant à la transition entre deux niveaux hyperfins de l’état fondamental de l’atome CESIUM 133 - idée proche du réel tant elle nous fait, par son exacte complexité, admettre que la seconde a enfin été trouvée (horloge atomique).
Quarante ans plus tôt, la seconde était basée sur une année, puis avant sur un jour - elle tendait à se rapprocher du rythme cardiaque, qui paraît plus singulièrement ancré dans le réel. Dans ce cas-là, le temps pourrait être malaxé suivant des situations. Chacun vivrait selon son rythme : un cœur d’allure moyenne, rapide, voit sa journée raccourcir et dans le cas contraire, la journée s’allonge. Premier pas dans l’éducation : la gestion des phénomènes liés au rythme cardiaque.
En partant du principe qu’un cœur lambda s’exerce, sonore, dans ce sens - toudom de façon continue avec une irrégularité non négligeable - que pourrait faire un cœur qui bat à l’inverse de façon continue avec une irrégularité non négligeable ? Et réciproquement, que dirait un cœur battant à l’inverse de façon continue avec une irrégularité non négligeable ? _
Ecoutons-les parler :
Rêve elle rap en ton meige
Repas pets feu mal c’est
Etats aux rimes en moque
Et tomber mire tant elle faire
Homme-rat pirouette, elle ride
Happée reste haine l’air entend
Sanche nue était-ce aime ?
Et visserai vide et s’empale
Auf nu her will !
Aima ocre, houpe et toque,
Vas-y Yves, lis !
Yves : _ Et qu’il p’sec
Et qu’il pas, tu le peux
Ris la paix Sen, lis !
Sen : Rêve en las et cent pantins mutent
Repape, fœtal c’est
His eyes in stole, ou c’est wallo
Râ guerre hue !
Dead re proue got
Il marre à jeu au lait
Et tôt le rush, jeu au lait
Lait on° jeu au lait _ Hein ? L’eau que jeu au lait
Cages anges jeu au lait °prononciation(on/off) _ _

Vision synthétique des horloges


La seconde serait personnellement propre au temps qui passe, comme une salle emplie de pendules posées en file indienne. Sur chacune d’entre elles, le temps vieillirait d’une seconde.
Toutes ont sur leur vitre une petite poignée qui permet l’accès au cadran. Durant cette seconde-là, les souvenirs vivent un temps.
Rachel Ott voit le jour. Elle apprend à marcher, puis de fil en aiguille, elle trotte ; jusqu’à ce que sa foulée s’emballe au pas de course, de plus en plus vite. _ Les pendules défilent, seules les minutes sont discernables. Puis les heures fusent. Les yeux se plissent, le corps rejette l’effort. Les muscles se relâchent.
Un frisson la parcourt jusqu’aux pointes de cheveux. Là-dessus, la chaleur augmente dans le bas-ventre ; l’ébullition se glisse entre les muscles de la cinquième vertèbre. Avec finesse ses lèvres s’ouvrent, laissant pénétrer le fluvial.
L’air s’enflamme. Son corps se raidit. L’onde calorifère, spasmodique, donne à ses pointes la délicatesse de se décoller toute entière.
La brise s’enroule autour de sa peau, de l’ouverture vers le pouce et l’orteil ; remonte le long du mollet ; passe par le galbe des fesses. Survolant le ventre, Brise s’engage dans la gorge et chatouille le cou ; glisse un dernier mot dans l’oreille ; finit sa course vers les narines.
Les yeux de Rachel piquent. Elle flotte loin de toutes course et horloges.
Le temps
S’est suspendu à elle. _ _

1 des 100 regards


Lors d’une lecture à voix haute, il est possible de créer une flexibilité temporelle entre deux intervenants. Le son et l’écrit sont deux médiums indépendants ; leur interaction est cependant indissociable. Le lecteur et l’auditeur peuvent ainsi être transportés dans deux mondes différents grâce à une logique imparable : l’esprit met en concordance les mots lus. _Comme certains scientifiques l’ont démontré, les temps s’adaptent à l’univers du référent - ici les yeux et les oreilles. Ce procédé créé deux dimensions dans le réel. _
Applications _
2.1 Pour l’exercice suivant, suivez les consignes 2.1.1 et 2.1.2.
2.1.1 Lire à haute voix, de manière linéaire et continue, la phrase de l’exercice 2.1 en compagnie d’un autre individu. Si personne n’est là avec vous, répétez la phrase de l’exercice 2.1 n°1 jusqu’à l’entendre.
2.1.2 Introduction à la quatrième dimension : en suivant les instructions de l’exercice 2.1, puis les consignes 2.1.1 et 2.1.2, effectuez un mouvement qui se déploie depuis le contact entre votre épaule et le dos de votre paume jusqu’à votre genoux. Tout ça du même coté (une petite tape du pied sur le sol sera aussi de bon augure).
2.1 n°1 "7 nains à éviter me paire drap !"
2.2 L’exercice est le même que les consignes deux point un, deux point un point un et deux point un point deux, excepté le geste.
Du travail en vêtu
en voilà une idée
Lune y forme
sous l’œil d’yeux
bien rasés
mal coiffés
la faim me bouche
reste à conter
maintenant
Là venir brumeux
sautille un, deux
Vent moi
Vend-moi
ils le crient tous
avant d’être pris
par leurs sandales
dans leur douche

2.3 J’aurais besoin effectivement de te revoir entre-temps.
Ogre et sentiments
Ne font pas bon
mais nagez-les
Couler ne sert à rien _
Puis le doux leurre disparaît
Son emplacement désigne la personne
L’autre indique que la première est vraie
Comment doit-on en convenir ? _
Et touffe : "Hey, tout le monde a mes pieds"
Ça dégomme ! Il reste que ma pomme
(Tire) La chasse à dés
Butée trouvaille
Magot sans cible
Permis immémorial
De fortifiante surprise _
En surjouant la scène, souvent :
Hein ? Sans scie be leased
les plus bleak’s d’head
pour ma preux mièvre faux
"assonante lyrique" : _
That is faction satirical
Don’t think your life
trusts in god’s call
Don’t perish with a knife
coming back to me in embers
Our take off is intensive
carbonise’s pleasure
Death doesn’t take a glove
Burst me, bulky’s love
Tear’s up
Don’t bury me
Get disappear rime
on your widowed torch _ _

Paradoxes de Langevin

_D’après la découverte que le temps dépend d’un référentiel. _Les scientifiques le savent bien : deux horloges synchrones, envoyée l’une dans l’espace à grande vitesse, l’autre restée sur Terre, ne le seraient plus à son retour sur terre. Ayant vite éliminé le défaut technique, ils se prirent à imaginer l’expérience avec des cobayes organiques, des jumeaux, naissant sur Terre, séparés par l’espace

08/19/2012 6:01 pm
Centre de Recherche Spatiale, Kourou
- Alors, les enfants sont prêts, Dr Choligenne ?
- Oui professeur. Le protocole PL-01 pourra être exécuté ce soir.
- Bien. _
08/20/2012 10:21 am
Centre de Recherche Spatiale, Kourou
- Maman, elle est où Alison ?
Le visage de Magalie se presse peu à peu pour en faire sortir des larmes.
- Allons mon cœur, et si on allait manger une glace ! Ça te ferait plaisir ? _
02/15/2017 8:17 pm _Un appartement, Paris

- Bon, je crois qu’il est temps d’avoir des explications au sujet d’Alison.
- MAMAN !
La femme sursaute.
- Ta sœur et toi avez participé à une expérience visant à vérifier les effets de la différence des référentiels temporels sur les organismes biologiques. Ta sœur étant la plus forte, c’est elle qui a été choisie pour le voyage dans l’espace.
Silence.
- Je connais cette théorie sur le paradoxe de Langevin.
- Le programme s’est développé dans les années 1990 : le Professeur Defgriadeau avait pronostiqué que les célébrités, au fur et à mesure des années, deviendraient plus ou moins accro à la chirurgie afin de rester jeunes aux yeux de leur public.
- De quoi tu parles ?
- La situation s’est aggravée au début du nouveau millénaire. Les politiques s’y mettaient eux aussi. Vers la fin de la première décennie, un événement nous a pressés : au Moyen-Orient, les hommes et les femmes se sont adonnés par milliers à des pratiques chirurgicales multiples. Leurs parents avaient fait de même. Rhinoplasties, liposucions, chirurgie mammaire, blépharoplasties et j’en passe. Ne se reconnaissant plus physiquement dans l’idéal physique de leur parent, les plus jeunes s’étaient déjà coulés dans le moule esthétique des médias.
C’est là-bas que j’ai rencontré le Professeur. Il avait en tête de réhabiliter l’idée d’une vieillesse naturelle auprès des jeunes gens. Il m’expliqua son projet de fabriquer un vaisseau orbital se déplaçant à trois fois la vitesse de la lumière, et sur lequel les célébrités pourraient vivre entre elles, en jeunesses autarciques. Elles feraient simplement les allers-retours pour se rendre sur leurs tournages ou leurs représentations terrestres. _
10/03/2022
Un café, Paris
- Bonjour, Eve.
- Bonjour, Pierre.
- Tu voulais me voir ?
- C’est à propos de Magalie. Je voudrais que tu ailles lui parler. Au lendemain de notre discussion sur le projet Pl-01, elle s’est mise en tête de courir jusqu’au retour de sa sœur. Pour essayer de gagner du temps.
- Elle a toujours sa puce ?
- Oui.
- Je t’appelle dans une dizaine de jours. _
08/20/2012 4 am
Centre de Recherche Spatiale, Kourou
- Docteur, nous sommes prêts.
- Alison !
- Maman ?
- C’est l’heure d’y aller. _
10/05/2022_ Krasnoïarsk, Russie
Posté sur la M53, le Professeur attend l’arrivée de Magalie.
- Professeur Defgriadeau ? Que faites-vous là ?
- Bonjour Magalie. Je pourrais vous retourner la question.
Silence
Votre mère m’a parlé de votre tentative.
- Et alors ? Vous voulez m’en empêcher ?
- Non.
Silence
Sachez juste que vous courrez dans le mauvais sens. C’est infime, mais vous vous rajoutez du temps. _ _

Rien à voir. Approchez, approchez.

L’idée de transmettre un discours qui n’appartienne plus, ni dans la forme ni dans le fond, à une seule et même réalité, a généré une série d’expériences sur des personnes, complices ou non. Les réactions furent diverses et variées suivant les cobayes.
A la suite de cette série de tests sur la compréhension interhumaine, une expérience en particulier s’impose : les sujets les plus réceptifs à une lecture à haute voix, de manière linéaire et continue, ont été rappelés pour émettre un discours devant la terrasse de "l’hôtel des deux mondes", le but étant de lire une page manuscrite d’un journal intime, un soir de lune, en louchant légèrement.
L’écriture a été rédigée avec la compréhension des cobayes et par leurs soins ; les textes n’ont quasiment pas été retouchés. _

Sujet A

_

Durée : 00:02:15:07 _

_"Lois que le trash daigne aux revers des borgnes
je ne réfute pas à embrasser la mort pour avenir,
cet Eternel stoppeur veut en faire là la proie des moules
et la prise que si ce creux de bouteille est assoiffée.
Pourtant j’oublie de me taire, ses dents me renvoient
maintes fois à la vie.
Quelques joies sur dangers, crampé à demain quand durci la clé _ pour de bon.
La brute, doublure de sa défection me sourit en même temps
Sait-elle crier son effort de vaincre leur doute ?
Justement renversé pour mon calendrier à valorisation
Ainsi l’abîme rôti dirige l’aura des dates d’années pour
Fuir ce raté de temps trompe réel.
Auquel s’amplifie la facture d’une vigilance
construite en but d’intégrer le vieux cycles.
En fait les colères pourraient dignement voir le jour, faire
prendre conscience que le renommé jovial devient le Franck
Einstein.
Or tout près sinon l’ivresse dans jouir m’éloigne de vos roues
qui n’ôtent pas de traverser l’hiver." _

Sujet B

_

Durée : 00:02:04:82 _
"Alors que le drain s’éteigne au ravin des montagnes
Je ne me fûtes à unifier la moche pour avancer.
Cette Etienne stupeur veut en face me priver de mes ailes.
Et prise aussi de celles de ceux qui souhaitent m’assister
Pourtant l’outil de me faire ce don je renvoie mais cette fois
à la vue.
Quelques fois des dingues trempés à demain quand celui-ci était
pour de bon.
Le doute éclabousse marrée flexion et elle mourût en même temps
Sans elle crier en-deça des lois je m’en vu vivre d’une route
tristement cirrhosée par mon addiction à la victimisation.
Ainsi être rôti ici, je n’aurais ces états d’âmes pour finir ce
rapace de temps trop peu réel.
Duquel l’appelé fracture d’une vinothèque
construite en but d’intégrer l’énième siècle.
L’enfant des écoles courant dignement voir le pour, faire
prendre conscience des actes comme des aimants tranchés
Surtout pas sinon d’enfouir ma dague dessus vous,
qui n’êtes pas libres.

L’auteur vous informe qu’au cours de ces expériences, aucun cobaye n’a été blessé.




L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr