home  En actes  Stéréoscopie Vol.1
Reprise d’une soutenance de thèse : Tod Browning, le spectacle du corps


Boris Henry
Docteur en Lettres et Arts, qualifié en 18e section C.N.U., Université Aix-Marseille 1
Thèse : Tod Browning, le spectacle du corps, (sous la dir. de René Gardies, thèse soutenue le 8 mars 2003)

 Boris Henry

Résumé

Je reprends ici l’ensemble de mon texte de soutenance de thèse. Après une introduction liée à la date de soutenance (le 8 mars 2003), mon exposé se divise en quatre points : 1 - Après avoir précisé les origines et les objectifs de ce travail, 2 - Je résume les étapes qui l’ont jalonné et notamment les transformations de corpus et de sujet, précisant pourquoi je suis passé de « La création du corps selon Tod Browning » à « Tod Browning, le spectacle du corps. » 3 - Puis je précise les partis pris structurels et formels adoptés et notamment le désir de faire de ce mémoire un corps et une analyse de corps, ce afin de coller davantage à mon sujet - j’ai ainsi inclus dans la rédaction des citations dont certaines sont traitées comme des muscles, tandis que des paragraphes intitulés « Gros plans » sont en quelque sorte des radiographies ou des dissections à prendre comme des compléments d’information. 4 - Enfin, je m’attache à discerner les manques et les perspectives de mon analyse de l’oeuvre de Tod Browning.

Indications bibliographiques

ROMER Jean-Claude, « Tod Browning », Bizarre, n°24-25, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 3e trimestre 1962, pp. 4-14.
SABATIER Jean-Marie, Les classiques du cinéma fantastique, Paris, Balland, 1973, pp. 81-87.
SAVADA Elias, SKAL David J., Dark Carnival : the Secret World of Tod Browning, Hollywood’s Master of the Macabre, New York, Anchor Books/Doubleday, 1995.
TESSON Charles, « Le monstrueux sentiment de l’espèce humaine », Trafic, n°8 (Automne 1993), Paris, P.O.L, novembre 1993, pp. 39-63.
WOOD Bret, Tod Browning : Diabolist of the Cinema, manuscrit, décembre 1993, 460 p.
WOOD Bret, « Les passions secrètes de Tod Browning - Diamants bruts et roses du ruisseau », traduit de l’américain par Eithne O’Neill, Positif, n°476, octobre 2000, pp. 95-100.


Du même auteur : 
 John Woo et les enfants de la balle
 7. Les vidéoclips de Fred Poulet

L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr