home  En actes  Film et histoire
L’histoire à la télévision : Approche comparées
 

L’histoire à la télévision : Approche comparées de l’historien et du chercheur en études cinématographiques et audiovisuelles

Mâtinée organisée par le Pôle images-sons et recherches en sciences humaines - Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Salle Paul-Albert Février - 20 décembre 2005 de 9h à 12h

9h - Présentation

9h15 - Intervention de Sophie Thorez

10h30 - Intervention d’Aurore Renaut

12h - 13h Discussions

Dès les débuts de la télévision, les programmes ont laissé une part importante aux sujets historiques : dramatiques, fictions, feuilletons, documentaires... Mais dans les années 1980, après ce moment pionnier, l’intérêt pour les programmes historiques se raréfie et il faut attendre ces dernières années pour voir ressurgir à leur endroit des enjeux comparables à ceux des débuts de la télévision. Les années 2000 ont ainsi vu naître un format nouveau : le "documentaire-fiction", qui concerne le plus souvent l’Histoire. "Les derniers jours de Pompéi", "L’odyssée de l’espèce" ou encore "Gladiateurs" en sont autant d’exemples. S’il reprend des procédés déjà utilisés à maintes reprises, ce format semble se singulariser des productions précédentes par les moyens, financiers et technologiques, mis en œuvre pour séduire un large public. Cette forme bien particulière de documentaire historique à vocation pédagogique n’est pas la première du genre. Dans les années 1960, le cinéaste italien Roberto Rossellini s’était rapproché de la télévision, médium nouveau à l’époque, à travers lequel il entrevoyait de grandes possibilités d’enseignement et s’était lancé dans un projet d’envergure : l’écriture de l’histoire universelle. A partir de ces études de cas, proches dans leur démarche mais bien ancrées dans un contexte de production, la discussion portera sur les apports méthodologiques respectifs de l’historien et du chercheur en études cinématographiques et audiovisuelles confrontés à ce genre de films historiques. Se posent-ils les mêmes questions ? Quels sont leurs points communs et leurs divergences ? Ces questions méthodologiques sont d’autant plus significatives que l’étude de la télévision est désormais un champ de recherche qui retient l’attention et qui engage à croiser les disciplines.

Ce séminaire est organisé par une étudiante de Master 2 d’Histoire et une doctorante d’Etudes cinématographiques et audiovisuelles dans le cadre du Pôle Images-Sons de la MMSH, du département d’Histoire, du secteur Cinéma et Audiovisuel de l’Université de Provence, et de l’association Lignes de fuite.
Il s’adresse tout particulièrement aux étudiants des deux disciplines. Il a pour but de les sensibiliser à des réflexions croisées sur l’étude de la télévision et de leur donner, à travers une comparaison méthodologique, la possibilité d’enrichir leurs idées sur le sujet.

9h - Présentation par Aurore Renaut (doctorante en Etudes cinématographiques et audiovisuelles) et Sophie Thorez (Master 2 d’Histoire).

9h15 - Intervention de Sophie Thorez
Faire revivre la Préhistoire. Exemple de deux documentaires-fictions : "L’odyssée de l’espèce" et "Homo sapiens".

Discussions

10h30 - Intervention d’Aurore Renaut
Filmer l’histoire : le projet télévisuel de Roberto Rossellini.

12h - 13h Discussions

-  Voir aussi sur http://www.imageson.org

L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr