home  Actualité
Le dernier Rossellini à l’Institut

A l’occasion de la redécouverte du dernier film de Roberto Rossellini, Le Centre Georges Pompidou (1977), L’Université de Provence, L’Institut de l’Image et Lignes de fuite présentent :

Une journée de rencontres autour de la dernière période de Rossellini

Le mardi 29 janvier 2008, Salle Armand Lunel, Cité du Livre, Aix-en-Provence

Trois événements :

-  14h : La projection de La Prise de pouvoir par Louis XIV (90 min) de Rossellini présenté par Jean Gruault, scénariste du film

-  17h : La projection d’un document exceptionnel, les rushes du film Le Centre Georges Pompidou intitulés Rossellini au travail, la dernière leçon (montage de 60 min env.) présentés par Alain Bergala, spécialiste de l’œuvre de Rossellini (entrée libre)

-  20h : La projection publique en avant-première du dernier film de Rossellini, Le Centre Georges Pompidou (60 min), présenté par Jacques Grandclaude, producteur du film et dernier collaborateur de Rossellini

La journée sera animée par Sabine Putorti de l’Institut de l’Image et Aurore Renaut de l’Université de Provence.

_Nous invitons toute personne intéressée par le monde du cinéma, de l’art et de l’architecture à venir participer à cette journée redécouverte exceptionnelle sur la dernière période du plus grand cinéaste italien. _Ces films, restés dans l’ombre pendant près de trente ans, revoient aujourd’hui le jour grâce à la détermination de Jacques Grandclaude que nous remercions d’avoir bien voulu accorder à Aix-en-Provence la primeur de ses trésors. _Nous remercions aussi vivement l’Ecole Doctorale et le LESA d’avoir rendu cette journée possible.

http://www.institut-image.org

Les films :

La Prise de pouvoir par Louis XIV est le premier film que Roberto Rossellini tourne pour la télévision française en 1966. Il ouvre sa longue série de films historiques réalisés dans des conditions de productions et de tournages très différentes de ses précédents films-cinémas et tous diffusés à la télévision, média dans lequel il entrevoyait le moyen de toucher et de transmettre le savoir massivement. Louis XIV est un scénario de Jean Gruault, adapté du livre de Philippe Erlanger. Jean Gruault, scénariste de François Truffaut et d’Alain Resnais, avait déjà travaillé pour Rossellini sur Vanina Vanini (1961).

Rossellini au travail, la dernière leçon a été présenté dans quelques festivals (Biarritz, Bologne, Montpellier) et projections privées (Centre Pompidou, Parlement européen) mais jamais publiquement. Il s’agit là d’une grande première autour d’un document exceptionnel, filmé par Jacques Grandclaude pendant les répétitions et le tournage du film Le Centre Georges Pompidou. Mieux qu’un making-off classique, Jacques Grandclaude a filmé avec patience et minutie toutes les étapes du tournage sans échelles de valeurs ni hiérarchie, attachant le même intérêt à montrer Rossellini choisissant ses objectifs que les machinos installant un travelling. Le film est un document précieux montrant très précisément comment fonctionne une équipe de cinéma, comment un plan est pensé puis installé, comment s’organise les rapports entre les différentes personnes d’une équipe, ce qui est tout à fait inédit dans l’histoire de ce type de documents. On y voit aussi un Roberto Rossellini concentré et méticuleux, à la pointe de la technique, respecté et admiré par son équipe, loin de l’image du réalisateur vieillissant et paresseux dont on avait pu parler à l’époque.

A la suite de ce documentaire, sont présentées 20 minutes d’images tournées à Cannes en mai 1977 alors que Rossellini était Président du Festival, tâche qu’il avait accepté à la condition de pouvoir organiser un colloque en marge des projections sur le thème L’engagement social et économique du cinéma. Ces images sont très émouvantes car ce sont les dernières sur Rossellini : elles nous présentent comme le dernier état de sa pensée, une pensée toujours vivante et remuante.

Le Centre Georges Pompidou est le dernier film réalisé par Roberto Rossellini, quelques mois avant sa mort à l’occasion de l’ouverture publique du musée. Ce très beau film est en fait un film multiple. Il s’agit d’un film d’art exceptionnel et absolument unique où Rossellini filme les œuvres d’art et le musée (construit par Renzo Piano et Richard Rogers). Il s’agit également d’un document historique important dans lequel Rossellini filme le public pénétrant pour la première fois dans le bâtiment et découvrant le musée et ses trésors. Enfin, un magnifique travail a été réalisé sur le son, permettant « d’attraper », sans qu’ils s’en aperçoivent, les commentaires des visiteurs, ce qui confère au film une dimension sociologique passionnante.

L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr