home  Bord cadre
Charlot prend la parole aux mots
 Mariange Lapeyssonnie

UNE CURIEUSE AVENTURE LITTERAIRE POUR UN FILM

-  Dans l’histoire de cinéma, habituellement ce sont les œuvres littéraires qui ont donné lieu à des adaptations cinématographiques. Parfois même on a critiqué cette tendance en espérant que le cinéma aurait tout avantage à créer des scénarii originaux.
-  Or, que se passe-t-il donc avec Limelight en 1953, c’est-à-dire un après sa sortie en Europe ? Roger Grenier, que j’ai rencontré chez Gallimard où il a eu la gentillesse de me recevoir, m’a raconté avec plaisir comment il avait été amené à faire un roman de ce film. En juillet 1953 il est contacté par les éditions Gallimard qui ont eu une commande de Charlie Chaplin lui-même pour tirer un roman de son dernier film. Pressenti par Gaston Gallimard et Pierre Lazareff comme le plus qualifié pour accomplir cette tâche, Roger Grenier accepte la proposition et signe le contrat avec Chaplin en août 1953. Il est convenu que cette adaptation littéraire sera soumise « à l’approbation de Monsieur Marcel Achard pour la langue et la forme et, à Monsieur Charles Chaplin pour le fond. » (L’auteur nous a gracieusement autorisée à publier en annexe de cet article la photocopie du contrat passé entre les parties et la lettre que Philippe Soupault lui adressée à la réception du livre.)
-  Voilà bien une étrange aventure pour un film ! Le roman a été publié dans la collection L’Air du Temps dirigée par Pierre Lazareff aux Editions Gallimard sous le titre suivant, libellé comme suit : Charles Chaplin Limelight (Les feux de la Rampe) Roman de Roger Grenier D’après le scénario original de Charles Chaplin NRF Gallimard 1953
-  Roger Grenier, mis à part quelques variantes, fait une adaptation fidèle du scénario mais il est pour nous fort bizarre de retrouver une oeuvre cinématographique sous forme d’écrit alors que nous avons défendu nous-mêmes pour ce film la valeur de son écriture cinématographique et le haut degré de maîtrise auquel Chaplin était parvenu dans ce domaine. Que voulait donc Chaplin en passant commande de ce roman ? Cela reste une énigme. A moins que, comme pour A Woman of Paris, où il avait éprouvé la nécessité de faire l’économie de Charlot pour prouver ses talents de cinéaste, il ait ressenti à l’époque le besoin de montrer l’excellence de son scénario (auquel il avait travaillé trois ans), lui qui s’était souvent contenté dans sa carrière de l’improvisation ou de scénarii plus lâches. -La carrière littéraire du film fut éphémère car il nous semble à nous, cinéphile, que Limelight ne saurait exister sans les Sunlight. C’est ce qui fait sa force et sa beauté.

ANALYSE SEQUENTIELLE DE LIMELIGHT

-  Avant de nous livrer à l’analyse des séquences, nous voudrions d’abord présenter ce que recèle chaque bobine du film, sachant que chacune contient une partie A et une partie B. En suivant « The Picture Continuity on Limelight » (Le découpage filmique de Limelight), nous n’avons prélevé que le début et la fin de chaque partie afin que le lecteur puisse se faire une idée de la distribution des séquences à l’intérieur des bobines. Dans la colonne de gauche, les chiffres représentent le numéro des plans, suivi sur la même ligne de celui du métrage de la pellicule. Dans la colonne de droite, sont consignées les indications relatives aux techniques propres à la caméra et les notes.

Bobine 1 Partie A 1- 1-A 000

46 - 768

Calvero sort pour vendre son violon Partie B 1- 1-B 000

33- 50934- Plan moyen rapproché. Intérieur du hall d’entrée. Mme Alsop et une femme de ménage debout vers la porte de l’appartement de Terry en train de discuter.

Fondu enchaîné Plan large. Extérieur rue. Nuit. Un trio de laissés pour compte jouant dans l’entrée du bistro du coin. Bobine 2 Partie A 1- 2-A 000

24- 826 Extérieur coin de rue. Nuit. Plan rapproché d’un homme alors qu’il ouvre un orgue et commence à jouer.

Plan rapproché d’un troisième homme assis. Il tient un verre à la main. Partie B 1- 2-B 000

56- 701 Plan moyen rapproché de Calvero debout au bar - alors qu’entre un homme sans bras(Claudius) - Il se retourne vers la caméra et Calvero est favorisé en reconnaissant Claudius. Bobine 3 Partie A 1- 3-A 000

34 876 Gros plan. Intérieur. Appartement de Calvero. Terry assise dans le lit avec un plat sur les genoux -nous regardant et riant-

Gros plan - en hauteur - de Terry assise dans le lit alors qu’elle s’adresse à Calvero. Partie B 1- 3-B 000

44 783 Intérieur. Appartement de Calvero. Plan rapproché de Calvero assis sur une chaise - il se lève et la caméra recule alors qu’il marche par ci, par là au côté du lit. Il s’assoit sur le bord du lit vers Terry, lui parle, se tourne vers elle, puis se retourne vers la caméra. Puis il se relève et recommence à marcher au premier plan.

Plan moyen. On filme le passé. Terry au premier plan à la porte de la boutique -elle s’ouvre et Neville entre. - Il vient au premier plan vers elle-. Mouvement de caméra, gros plan de Neville alors qu’il parle à Terry. - Un homme entre dans l’arrière plan - vient au premier plan et s’introduit dans le champ vers Neville, Terry rentre dans le champ et s’adresse à Neville. Bobine 4 Partie A 1- 4-A 000

35 884 Intérieur de la papeterie. Gros plan de Terry derrière le comptoir- elle se retourne vers une étagère pour prendre les feuilles de musique-. Elle se retourne vers le comptoir et commence à les compter.

Plan rapproché de Calvero assis à table, tenant une tasse de thé. Partie B 1- 4-B 000

36 781 Extérieur. Parlement. Plan large filmant la traversée d’une rue vers un vagabond au premier plan assis sur un banc de parc. Calvero et Terry entrent dans le champ et s’assoient sur le banc à côté du vagabond. La caméra s’avance au moment où elle pose la main sur le bras de Calvero. Puis elle s’avance en gros plan sur leurs visages. Terry est très enthousiaste sur tout tandis que Calvero demeure dans une pensée profonde. Elle se tourne et lui parle, échafaudant des plans pour leur avenir. Il se tourne, la regarde, sourit et tapote sa main. Fondu à la fermeture. Bobine 5 Partie A 1- 5-A 000

36 739 Fondu à l’ouverture. Sous-titre, on lit : 6 mois plus tard.

Fondu enchaîné. Intérieur. Scène. Plan large sur un groupe sur scène au moment où Terry commence sa représentation. Postant et Bodalink sont assis au premier plan. Neville joue du piano pour elle et elle achève son audition. Partie B 1- 5-B 000

41 624 Intérieur. Théâtre. Plan moyen rapproché. Postant et Bodalink assis à une table. Ils se lèvent. Bodalink marche vers la droite et Postant commence à sortir sur la gauche.

Plan moyen rapproché de Bodalink alors qu’il poursuit son histoire. Bobine 6 Partie A 1- 6-A 000

29 949 Intérieur. Répétition sur scène ; Plan large. Bodalink au premier plan, dos à la caméra s’adressant à Terry, Calvero et les autres. La caméra recule vers l’extérieur. Plan large. Le groupe se lève et commence à quitter la scène.

Au niveau de la scène. Plan rapproché de Calvero observant depuis les cintres. Partie B 1- 6-B 000

32 783 Extérieur ; Plan large de la scène, de Terry et de son amoureux. Danseuses du ballet à l’arrière plan. Alors qu’ils finissent leur prestation et qu’ils quittent la scène, les rideaux sont tirés.

Plan moyen de Calvero debout vers une fenêtre, regardant dehors. La caméra panote avec lui alors qu’il se retourne et se dirige vers Terry assise. Il s’assoit. Terry se lève, apporte une tasse sur la table au premier plan, se dirige vers le manteau de la cheminée alors qu’elle argumente avec lui à propos de leur mariage. Elle s’agenouille vers lui et la caméra s’avance. Il caresse sa main. Fondu à la fermeture. Bobine 7 Partie A 1- 7-A 000

29 818 Fondu à l’ouverture. Intérieur d’un bureau. Plan moyen. Postant debout près de Bodalink assis. Postant ouvre une boîte de bonbons. La caméra fait un panoramique sur lui vers la cheminée.

Dans l’angle, gros plan sur les deux élus, Terry, Calvero qui sort son mouchoir, se mouche le nez et s’essuie les yeux. Ils continuent à discuter, elle veut qu’il revienne à la maison. Tous les deux sont perturbés. Fondu à la fermeture. Partie B 1- 7-B 000

43 753 Fondu à l’ouverture. Plan rapproché. Insert d’une affiche où on lit : « Cette nuit, gala au profit de Calvero qui apparaît personnellement ». Une indication collée sur l’affiche : « tout vendu ». La caméra se déplace vers l’entrée du théâtre, la foule discute.

Plan moyen rapproché de la scène. Le régisseur dans les coulisses est très exaspéré quand Calvero se présente devant lui. Il montre à Calvero qu’il a dépassé son temps de trois minutes. Ils argumentent. Le régisseur lui dit d’aller saluer et de revenir. Calvero sort. Bobine 8 Partie A 1- 8- A 000

60 799 Intérieur du théâtre. Plan large moyen filmant la scène au-dessus de l’orchestre. Calvero entre, il regarde derrière vers les coulisses, puis vers les spectateurs.

Le fond de la scène. Plan moyen des hommes de plateau transportant Calvero assis dans une grosse caisse et tenant son violon. Ils mettent la grosse caisse à terre. Le groupe l’entoure en riant. La jeune fille voit le régisseur qui se dirige vers Calvero et qui lui prend son violon. Ils réalisent qu’il est blessé. Terry entre par la gauche au premier plan vers eux. Ella arrive en courant et s’agenouille près de Calvero. Calvero dit au régisseur de le retransporter sur scène pour une certaine annonce. Les hommes commencent à le soulever. Partie B 1- 8-B 000

23 493

23 531

24

25 Plan moyen - en hauteur - filmant vers le bas les hommes dans la fosse d’orchestre alors qu’ils écoutent les applaudissements. La caméra panote au-dessus du chef d’orchestre. les rideaux sont ouverts et les hommes de plateau portent Calvero, toujours coincé dans la grosse caisse, son partenaire debout à ses côtés. L’annonce. la caméra s’avance, les hommes transportent Calvero, les rideaux sont tirés ensemble devant son partenaire.

Plan large refilmant la scène au moment où Terry exécute son ballet. La caméra recule par-dessus la fosse d’orchestre alors qu’elle achève sa prestation. Fondu à la fermeture.

Fondu à l’ouverture. Titre : Fin

Fondu enchaîné Déroulement du générique

Fondu enchaîné Réalisation de United Artists Fondu à la fermeture Développé aux USA


Du même auteur : 
 3. La maison, objet cinématographique

L'unité réelle minima ce n'est ni le mot ni l'idée ou le concept, ni le signifiant, mais l'agencement. Claire & Gilles
© 2006 Lignes de Fuite - Mentions légales espace privé   -   crédits : www.antipole.fr